C & F Éditions

Neurocapitalisme Pouvoirs numériques et multitudes.

par Giorgio Griziotti

couverture
 

Traduit de l'italien par
Fausto Giudice

Préface par
Tiziana Terranova

Commander

Version imprimée
24 €
ISBN 978-2-915825-82-4
juin 2018
 
version numérique (epub) :
10 €
ISBN 978-2-915825-89-3
décembre 2018
 
 

Extrait spécimen

Obtenir un extrait (.pdf)
 

La traduction de ce livre a bénéficié du soutien du Centre national du livre.

logo CNL
 
Version originale en italien
Neurocapitalismo:
Mediazioni tecnologiche e linee di fuga

Ed. Mimesis, février 2016.
Couverture de l'édition originale
 

Les médias en parlent

  • Carmilla [it] et Tlaxcala [fr] De la subsomption réelle à la subsomption vitale. Note de lecture sur Neurocapitalismo de Giorgio Griziotti. Par Giovanni Iozzoli (Trad. Fausto Giudice). Avril 2016.
  • Motherboard Le neurocapitalisme, et ce qu'il fait à nos vies. Interview de Giorgio Griziotti par Antonella Di Biase. Septembre 2016.
 

Neurocapitalisme Pouvoirs numériques et multitudes.

Giorgio Griziotti

couverture du livre

 

Produire, vivre, s'organiser : la numérisation de la société provoque des changements majeurs dans le système capitaliste comme dans la subjectivité ou la résistance des dominés.

Giorgio Griziotti brosse la fresque de l'évolution fondamentale du capitalisme, depuis la production des objets jusqu'à celle de l'économie de l'attention, de la connaissance et des affects. Il montre comment, après avoir mis en place la connexion permanente, la numérisation gagne aujourd'hui les corps, sinon le code génétique de la vie même. Avec le biohypermédia, nos vies sont prises dans un réseau dominé par quelques acteurs qui accaparent toute l'énergie collective.

Expert du numérique, épris de politique, Giorgio Griziotti nourrit sa réflexion d'exemples pertinents et explicites, nous guidant dans les ramifications de cette économie en mutation, offrant le recul nécessaire pour penser les formes actuelles de production, de vie et d'organisation. Le lieu central des affrontements n'est plus l'usine, mais la ville ; ce n'est plus le monde des appartenances, mais celui des traversées. Il s'agit dès lors de mobiliser la force du commun pour tracer des perspectives d'émancipation.

 

Traduit de l'italien par Fausto Giudice

Préface par Tiziana Terranova

Giorgio Griziotti

portrait de Giorgio Griziotti Passionné de technologie et féru de philosophie politique, Giorgio Griziotti est l'un des premiers ingénieurs en informatique sortis de l'Université Politecnico di Milano. Ceci lui confère une longue expérience dans les technologies informatiques, entre les applications industrielles et les usages sociaux. Sa participation au mouvement autonome lors du long 1968 italien l'a conduit à réaliser une grande partie de son activité professionnelle à l'étranger et notamment en France, où il vit encore aujourd'hui.
 

 
 

Les machines ont toujours modelé les subjectivités humaines dans une relation d'échange réciproque. Durant l'époque industrielle, encore proche de nous, l'automobile et ses variantes remplissent la fonction essentielle de médiation avec l'espace-temps. Dans l'imaginaire collectif de cette période, l'union entre l'homme et la machine fait naître des entités hybrides, reliées à des figures de la mythologie ou de l'astronomie comme le centaure et le bolide, jusqu'à devenir le sujet central d'un roman culte de cette époque, Sur la route. Dans ce livre, le célèbre rouleau de télex sur lequel Jack Kerouac écrit d'un seul jet son roman en 1951 devient le prolongement symbolique de la bande d'asphalte qu'il parcourt au volant de sa voiture.

Du point de vue politique, la façon dont la subjectivité de l'ouvrier-masse se forge en réponse aux formes d'organisation capitaliste de la production à la chaîne fordiste est encore plus remarquable.

Nous pourrions continuer les exemples avec le téléphone, la radio ou la télévision, chaque époque produisant des artefacts représentatifs. Mais notre hypothèse centrale est que la médiation technologique actuelle est d'un autre ordre. Elle devient le pivot du passage à l'anthropocène, c'est-à-dire l'ère géologique où l'activité humaine a une influence globale sur l'écosystème terrestre.

Pour éviter de se laisser envahir par un découragement excessif ou par un optimisme tout aussi injustifié, nous avons cherché à examiner le processus de formation de nouvelles subjectivités non seulement dans le contexte de l'accélération technologique, mais aussi et avant tout dans celui du capitalisme actuel : le capitalisme biocognitif.

 

Cet ouvrage contient un glossaire définissant les termes techniques et philosophiques employés.